dimanche 3 février 2019


lu sur: Orthodoxologie




Ayant accepté les schismatiques, les défroqués, les anathématisés, les non-consacrés et les criminels en Ukraine, le patriarcat de Constantinople s'est isolé du monde orthodoxe. 

Jusqu'à présent, sept des quatorze Églises orthodoxes universellement reconnues, les Églises de Russie, d'Antioche, de Jérusalem, de Serbie, de Pologne, de Chypre, des pays Tchèques et  Slovaques, ont condamné sans appel les actions de Constantinople. L'Église de Bulgarie est presque certaine de faire de même et plusieurs évêques des Églises de Géorgie et de Grèce se sont déjà prononcés contre Constantinople, de même que le métropolite Kallistos (Ware) de ce dernier. Seules les Églises de Roumanie, d'Alexandrie et d'Albanie restent étrangement silencieuses, restant à l'écart pour le moment.

Donc, il semble toujours que l'on en soit à treize contre un dans l'Église orthodoxe mondiale. Pendant ce temps, à Moscou, l'Église russe prépare pour février une réunion interorthodoxe sur la situation. Que faut-il faire ? La première chose qui doit être admise, c'est que toute cette situation s'est produite par le fait que des évêques de Constantinople se sont impliqués dans la géopolitique, cherchant le pouvoir et l'argent au-dessus du Royaume de Dieu, qu'ils n'ont pas recherché en premier. 

Leur désobéissance flagrante aux paroles du Christ dans les Evangiles a conduit à leur désobéissance aux canons et donc à la division. La solution doit certainement résider dans le retour aux Évangiles et aux Canons apostoliques, à l'époque de l'Église d'avant Constantinople, à Jérusalem.
Car la position et le rôle passés du Patriarcat de Constantinople dans l'Eglise n'ont jamais existé que pour des raisons séculières au IVe siècle, car cette ville était alors la capitale de l'Empire romain. Et cela a été trahi plus tard et s'est terminé de façon ignominieuse en 1453. 

Puisque Constantinople n'a pas été pendant longtemps une ville orthodoxe ou la capitale de quoi que ce soit, revenons à la réalité. Puisque Constantinople n'a pas de pertinence et est ainsi depuis plus de 550 ans, l'Église d'aujourd'hui devrait certainement revenir à l'esprit de Jérusalem, qui est la source de Constantinople et même de tous les Patriarcats, de tous  les Conciles et de toute succession apostolique. Si cela est fait, alors nous pouvons espérer voir, au lieu d'une politique nationaliste mesquine, l'unité, la sainteté, la catholicité et l'apostolicité de l'Église orthodoxe mondiale. nous prions pour cela,  l'Esprit Saint, qui inspire les prophètes et la Nouvelle Jérusalem.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après ORTHODOX ENGLAND


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire