jeudi 24 novembre 2022

 

PRENONS PLAISIR AU FRUIT DES COMMANDEMENTS DIVINS DU CHRIST

Sur les commandements de notre Seigneur et Dieu Jésus-Christ, partie 1

Saint Justin (Polyansky) d'Oufa et de Menzelinsk

Saint Justin d'Oufa et de Menzelinsk fut ordonné prêtre en septembre 1853. Sa femme mourut en 1862 et il fut tonsuré au monachisme en juin 1863. Il servit dans divers monastères et séminaires, et le 27 janvier 1885, il fut consacré Évêque de Mikhailovsk, vicaire du diocèse de Riazan. Il servit dans plusieurs diocèses et, le 14 octobre 1896, il fut nommé évêque d'Oufa et de Menzelinsk. Il a pris sa retraite en 1900 et a passé le reste de sa vie jusqu'à son repos paisible le 26 septembre 1903, dans la réclusion monastique. En 1988, il a été glorifié en tant que saint vénéré localement dans la Synaxe des Saints de Crimée.

Sermon sur la montagne de Carl Bloch (1877). Photo : Wikipédia   

 

« Christ, la vraie lumière !... Guide nos pas dans l'observance de tes commandements » (1ère heure).


Préface

Dans sa dernière conversation touchante avec ses disciples, notre Seigneur et Dieu Jésus-Christ leur a dit : Si vous m'aimez, gardez mes commandements (Jean 14 :15). Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, et je l'aimerai et je me manifesterai à lui (Jean 14:21). Si un homme m'aime, il gardera mes paroles, et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui, et ferons notre demeure avec lui.(Jean 14:23). Le Seigneur a aussi parlé de manière si définitive de la façon dont l'accomplissement de ses commandements est une condition indispensable pour l'aimer ! Alors, mon ami, veux-tu aimer ton Seigneur, Dieu et Sauveur de tout ton cœur et de toute ton âme ? Essayez de toutes vos forces d'accomplir chacune de ses paroles, et cela vous conduira à la vie éternelle, bénie en Dieu.

« Il est évident d'après la parole du Seigneur que nous devons étudier les commandements de l'Évangile de telle manière qu'ils deviennent un héritage – la propriété de l'esprit ; qu'ils puissent toujours être présents à l'esprit, et qu'à chaque pas moral, à chaque pensée, à chaque sentiment et désir, à chaque action, nous puissions garder l'instruction de l'Évangile dans notre mémoire. Ce n'est qu'alors qu'il sera possible de les accomplir précisément, constamment, comme l'exige le Seigneur. Une telle étude des commandements évangéliques et de la vie selon eux est la première et la plus essentielle exigence et le devoir le plus sacré de tout vrai chrétien qui désire le salut » (Pensées de saint Ignace [Brianchaninov] ).

Les commandements du Christ

« Prenons plaisir au fruit des commandements divins du Christ » (Semaine propre, Matines Canon, Ode 3).

Sur l'amour de Dieu et du prochain

Afin d'intérioriser et d'accomplir les commandements du Christ, nous devons savoir exactement quels sont ces commandements et combien il y en a. Presque personne ne peut donner une réponse exacte et définitive à cette question. Nos catéchismes ne parlent en détail que des Dix Commandements de l'Ancien Testament ; et des commandements du Nouveau Testament, seules les neuf promesses des Béatitudes sont mentionnées. Pendant ce temps, il existe de nombreux commandements du Nouveau Testament du Christ, comme on peut le voir tout au long de l'Évangile. Il y a beaucoup de commandements donnés en exemple et prononcés par la bouche de notre Seigneur Jésus-Christ ; mais pour une raison quelconque, ils n'ont jamais été réunis - pour un souvenir plus commode et constant d'eux. Pour les voir tous, il faut constamment lire tout l'Evangile, mais évidemment ce n'est pas toujours possible pour tout le monde.

Parmi les Saints Pères et les enseignants de l'Église, il semble que seul saint Maxime le Confesseur ait dit quelque chose à ce sujet à son interlocuteur: "Bien que," dit-il, "il y a beaucoup de commandements, mais ils sont tous résumés en un mot : Aime le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même(Luc 10:27). Le frère demanda au confesseur : « S'il y a plusieurs commandements, quels sont-ils et qui peut tous les accomplir ? Saint Maxime répondit : « Tous les commandements peuvent être accomplis par ceux qui imitent le Seigneur et Le suivent pas à pas. Quiconque suit le Seigneur pas à pas verra tous ses commandements, donnés par lui en paroles et en exemples ; et quiconque imite le Seigneur accomplit aussi tous ses commandements. A la question : « Qui peut imiter le Seigneur ? Saint Maxime a dit : « De ceux qui sont esclaves du monde et de ses vanités, aucun ne peut imiter le Seigneur ; ceux qui pourront dire : Voici, nous avons tout abandonné et nous t'avons suivi (Mt 19, 27), recevront la force d'imiter le Seigneur et de suivre tous ses commandements.

Et l'ange répondant lui dit: Je suis Gabriel, qui me tiens en présence de Dieu; et je suis envoyé pour te parler et t'annoncer cette bonne nouvelle (Luc 1:19). Frères, soyez mes disciples ensemble, et notez ceux qui marchent de manière à ce que vous nous ayez pour exemple (Phil. 3:17). Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent non selon la chair, mais selon l'Esprit (Romains 8:1). Et ceux qui sont à Christ ont crucifié la chair avec les affections et les convoitises (Gal. 5:24). Mais à Dieu ne plaise que je me glorifie, sauf dans la Croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde (Gal. 6:14).Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi (Mt 10, 37). Mais ceux qui sont mes ennemis, qui n'ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et tuez-les devant moi (Luc 19:27).

Ainsi, suivons le Seigneur pas à pas, d'abord mentalement, selon les instructions de l'histoire sacrée de l'Evangile, afin de voir et d'énumérer tous les commandements du Christ ; et alors prenons soin de les accomplir également en actes, afin que nous puissions aimer notre Seigneur, Dieu et Sauveur de tout notre cœur et de toute notre âme, et ainsi hériter de la vie éternelle et bénie. Sans un amour sincère pour le Seigneur et l'accomplissement de ses commandements, il est impossible d'être sauvé.

Le premier de tous les commandements est : Écoute, ô Israël ; Le Seigneur notre Dieu est un seul Seigneur : Et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force (Marc 12 :29-30, Luc 10). :27). C'est le premier et grand commandement. Et le second lui est semblable, tu aimeras ton prochain comme toi -même (Mt 22, 38-39). Il n'y a aucun autre commandement plus grand que ceux-ci (Marc 12:31). De ces deux commandements dépendent toute la Loi et les Prophètes (Mt 22, 40). Ainsi, le commandement divin principal, fondamental, universel et éternellement immuable de l'Ancien et du Nouveau Testament est le commandement d'aimer Dieu et son prochain.

Le but du commandement sur l'amour de Dieu et du prochain est d'implanter en nous la semence d'une nouvelle vie, sainte et agréable à Dieu, et de nous amener dans le lien de la perfection (Col. 3:14). Selon l'enseignement de l'Evangile, l'amour de Dieu doit être le plus sincère, le plus complet et le plus parfait (cf. Lc 10, 27), et ne peut donc en aucun cas se combiner avec l'amour du monde (cf. Mt .6:24); elle doit s'exprimer dans l'obéissance à la volonté de Dieu, dans l'accomplissement des commandements (cf. Jn 14, 15, 21, 1 Jn 5, 3) ; elle doit s'efforcer d'imiter les perfections de l'Etre suprême et sa gloire comme but (cf. Ep 5, 1-2 ; Mt 5, 10) ; enfin, il doit être si profond et inébranlable que nous soyons prêts à tous les sacrifices pour le nom de Dieu (cf. Rom. 8:35, 38-39, Mc. 8:35).

L'amour du prochain, inextricablement liée à l'amour de Dieu (cf. 1 Jn 4, 20), embrasse tous les hommes, qu'ils soient amis ou ennemis (cf. Mt 5, 44-45). Elle est partout sincère, fervente, venant d'un cœur pur (cf. 1 Pt. 1:22), et s'exprime certainement en actes (cf. 1 Jn. 3:18, Rom. 13:8-10). Celui qui est imbu de l'amour chrétien n'offense pas son prochain, non seulement en actes, mais aussi en paroles et en pensées (cf. Mt 5, 22, 7, 1-2, 12) ; au contraire, il endure lui-même gracieusement toutes les insultes et pardonne toutes les offenses (cf. Mt 5, 39, 6, 14, 18, 22). Il est toujours miséricordieux et généreux envers ses voisins (cf. Mt. 5:42, Lc. 6:35); il se soucie non seulement de leur bien-être extérieur, mais aussi du salut de leurs âmes (cf. 1 Cor. 5:14-15, Héb. 10:24), et en général, il est tellement dévoué à son prochain qu'il est prêt à donner sa vie même pour lui (cf. Jn 15 : 12-13). Comment pouvons-nous acquérir un amour aussi complet pour Dieu et pour le prochain ? Le commandement universel de l'amour de Dieu et du prochain est, pour ainsi dire, un centre solaire, dans lequel tous les commandements du Christ se réunissent et d'où ils procèdent.

Demeurant en Dieu et en toutes choses divines

Comment se fait-il que vous m'ayez cherché ? Ne savez-vous pas que je dois m'occuper des affaires de mon Père ? (Luc 2:49). C'est la réponse du Sauveur à sa Mère la plus pure et à son saint fiancé, Joseph, qui l'a cherché et l'a trouvé en train de converser avec les anciens juifs dans le temple de Jérusalem alors qu'il n'avait que douze ans. Dans ces premières paroles du Seigneur consignées dans l'Évangile de Luc est clairement contenu le commandement du Christ, qui nous est donné par son exemple, selon lequel chaque chrétien, en tant que son disciple, doit être entièrement voué à Dieu et demeurer constamment en Dieu et dans toutes les choses divines tout au long de sa vie – pensant toujours à Dieu, apprenant toujours de sa loi, cherchant toujours à accomplir sa volonté. En un mot, c'est une dévotion complète et parfaite à la volonté de Dieu, pour laquellevivre c'est Christ, et mourir est un gain (Phil. 1:21).

Elle n'a ni sa propre volonté ni sa propre sagesse ; il ne cherche rien, ne craint rien et ne s'afflige de rien ; elle ne craint aucun désastre ni ne pleure aucune perte, mais se réjouit et remercie Dieu de ses souffrances. Le Seigneur lui-même a magnifié cette vertu en sa propre personne lorsqu'il a dit : Car je suis descendu du ciel, non pour faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé.(Jn. 6:38); et pour faire la volonté de Dieu, il considérait sa nourriture la plus désirée. Tous les saints étaient entièrement dévoués à la volonté de Dieu ; et aucun vrai chrétien ne peut trouver une vertu plus désirée et plus apaisante, car celui qui est entièrement dévoué à Dieu repose dans les bras de Dieu, comme un bébé dans les bras de sa mère ; et les vexations de la vie se révèlent moins terribles pour lui : il est dans un havre de paix. Mais comment trouver la dévotion à la volonté de Dieu ? Nous devons être fermement assurés que nous dépendons entièrement de Dieu et qu'il prend soin de nous plus que les parents les plus compatissants pour leurs enfants. Soyez assurés et priez : « Tu sais, ô Seigneur, ce qui est à mon avantage. Faites-moi selon votre volonté ! Je suis à toi, ô Sauveur, sauve-moi !

Sur l'accomplissement de toute justice

Il nous convient d'accomplir toute justice (Matthieu 3:15). Ces paroles ont été prononcées par le Seigneur à saint Jean-Baptiste lors de son baptême dans le Jourdain, lorsque le Baptiste craignait de baptiser le Seigneur, car il savait qui il était et lui demandait lui-même le baptême.

Dans ces paroles, nous trouvons un nouveau et grand commandement, donné par l'exemple du Sauveur à ses disciples. Selon ce commandement, chaque vrai chrétien doit toujours, dans sa vie et ses actions, accomplir toute justice. Car si nous nous permettons de mentir et de tromper, nous ne sommes plus des fils de la lumière, mais nous devenons des fils des ténèbres, des fils du diable, qui est le père du mensonge.

Le commandement d'accomplir toute justice n'est rien d'autre qu'une obéissance sincère et sincère, unie à la crainte de Dieu et à la soumission à la Loi de Dieu ; car dans la loi est la justice, et dans l'iniquité le mensonge.

Assuré que la justice est dans la Loi de Dieu, un chrétien ne doit plus tester pourquoi ceci ou cela est commandé, et pourquoi quelque chose est interdit ; mais avec la soumission inconditionnelle de son esprit et de son cœur, il doit accomplir ce qui est commandé et fuir ce qui est interdit. Cette grande vertu attire le regard du Seigneur lui-même sur celui qui la possède : Mais c'est à celui-ci que je regarderai, même à celui qui est pauvre et d'un esprit contrit (Is. 66, 2). Quelle grande miséricorde de Dieu envers le chrétien qui se dévoue à Dieu et obéit à sa loi !

Mais acquérir cette belle vertu est un processus lent et difficile. Notre amour-propre curieux veut tout savoir : pourquoi et pourquoi ceci ou cela est requis ou interdit - il veut tout résoudre et tout définir à sa manière. Pendant ce temps, en raison de ses limites et de sa faiblesse, il s'empêtre souvent dans la contrevérité et les mensonges. Et combien de ces faux autonomes sont parmi nous ! Par conséquent, nous devons soupirer avec ferveur vers le Seigneur : « Accorde-moi l'obéissance, ô Seigneur ; accorde-moi une obéissance inconditionnelle à Ta Loi, afin que je ne m'égare pas du chemin de la justice sur de faux chemins !


Saint Justin (Polyansky) d'Oufa et de Menzelinsk
Traduction par Jesse Dominick

Azbyka.ru

16/11/2022