jeudi 18 juin 2020


Je remets en ligne quelques articles concernant le père Gabriel BUNGE parus sur Orthodoxologie, et Parlons orthodoxe. 

Interview de Père Gabriel ( Bunge):
 L'ORTHODOXIE A-T-ELLE BESOIN D'ORDRES MONASTIQUES ? (1)

Archimandrite Gabriel (Bunge)


L’archimandrite mégaloschème Gabriel (Bunge) parle des réformes catholiques, de la tradition orthodoxe et de l'objectif le plus important du monachisme.

L’archimandrite mégaloschème Gabriel (Bunge) est l'higoumène du Mona
stère de l'Exaltation de la Croix situé près de Lugano, en Suisse. C’est un patrologue, un théologien et l’auteur d'un certain nombre de livres qui ont été traduits dans de nombreuses langues européennes.

Dans notre conversation suivie, le Père Gabriel répond aux questions importantes suivantes concernant l'histoire du christianisme et son statut contemporain : Quelles sont les raisons du schisme entre l'Orient orthodoxe et l'Occident catholique, et peut-on le surmonter ? La création d'ordres monastiques serait-elle appropriée pour l'Église orthodoxe ? Quel genre d'éducation les moines doivent-ils avoir ? Comment les chrétiens devraient-ils maintenir un état d'esprit spirituel approprié ?



***

Dans le catholicisme, il y a un grand nombre d'ordres monastiques et chacun d'eux a une certaine mission, alors qu'en Orthodoxie, nous n'avons que différents vœux monastiques ou des monastères avec des statuts différents. Par exemple, nous avons des moines érudits, des moines administrateurs, etc. Pensez-vous qu'il serait approprié que l'Église orthodoxe crée des ordres monastiques qui seraient impliqués dans divers types d'activités, afin que les diplômés des établissements religieux puissent choisir des domaines spécifiques pour servir l'Église en fonction de leurs capacités ou de leurs inclinations ?

Le monachisme n'existe pas à des fins spécifiques liées à ce monde. Pour citer un auteur anonyme de L’Histoire des Moines Egyptiens (IVe siècle), "Dès le début, le but du monachisme était de suivre le Christ dans le désert, en chantant des hymnes et des psaumes et en attendant que notre Seigneur vienne". Cette apparente "inutilité" libère le monachisme de tout service au sein de la structure de l'Église. L'Église orthodoxe a conservé ce trait original du monachisme ainsi que ses nombreux autres aspects.

Bien qu'il ait les mêmes racines, le monachisme occidental a évolué d'une manière totalement différente. Canoniquement, il n'y a que quelques ordres monastiques dans le catholicisme : Les bénédictins avec leurs différentes branches (cisterciens, trappistes, camaldules, etc.) et, par exemple, les chartreux. Un grand nombre de divers "ordres" religieux s'est formé au Moyen Âge. Dans les temps modernes, la division en "instituts de vie consacrée" s'est poursuivie. Toutes ces différentes formes de "vie consacrée" répondaient aux différents besoins de l'Église.



Une telle diversité offre évidemment certains avantages. Cependant, son principal inconvénient est que la vie monastique véritable est mise à l'écart. Je ne fais que répéter les paroles des abbés bénédictins que je connais qui disent que, malheureusement, la hiérarchie de l'église se débat avec l'idée que les monastères existent. Il faut noter que l'église catholique est gérée par le clergé séculier (qui a fait vœu de chasteté), et ce clergé la rend très différente de toutes les autres églises "orientales" (églises byzantines ou pré-chalcédoniennes).

Un autre inconvénient est l'institutionnalisation des entités qui ont été créées à l'origine pour accomplir des tâches spécifiques, comme la lutte contre l'hérésie, la prédication parmi le peuple, le travail missionnaire, l'éducation des jeunes et la prise en charge des malades et des enfants. C'est la tendance qui facilite le maintien de ces institutions, même lorsqu'elles ne sont plus nécessaires, puisque certaines de ces tâches sont maintenant accomplies par le gouvernement.

Je crois que l'Église orthodoxe est bien avertie, et c'est pourquoi elle ne suit pas le chemin de l'Église latine, en maintenant fermement l'intégrité de la vie monastique ! Le monachisme orthodoxe est en effet aussi multiforme que la vie religieuse occidentale, et il n'y a pas de tendance à institutionnaliser ses différents aspects, qui sont souvent déterminés par l'histoire du monastère et l'héritage du saint qui l'a fondé. Bien qu'il y ait un grand nombre de monastères, les moines peuvent toujours se déplacer d'un monastère à l'autre.

Je vais vous donner un exemple. Un moine peut commencer sa vie monastique dans une communauté monastique (cénobium) et ensuite passer à une skite (comme je l'ai fait). Par la suite, il peut devenir fonctionnaire de très haut rang dans l'Église (évêque ou même patriarche) et, à la fin de sa vie, redevenir ermite. Il peut faire tout cela sans quitter un ordre et en rejoindre un autre, chose qui, dans l'Eglise catholique exige de recommencer au début à chaque fois et de redevenir novice.

La perturbation de la vie religieuse dans divers "ordres" caractéristiques de l'Occident catholique a entraîné de nombreuses conséquences indésirables qui, en fin de compte, l'ont affaibli. Par exemple, puisque chaque ordre religieux avait (ou prétendait avoir) sa propre "spiritualité" spécifique, ses moines ne pouvaient même pas étudier dans les mêmes universités et chaque ordre devait avoir sa propre université ! Heureusement, après le Concile Vatican II, ces règles ont été supprimées.

C'est pourquoi je crois que nous ne devrions pas imiter les ordres religieux catholiques non seulement parce qu'ils reflètent l'ecclésiologie catholique centralisée (papale!) et glopbalisée, mais parce que c'est impraticable. 

L'ecclésiologie orthodoxe est différente, elle se concentre toujours sur les églises locales unies dans les Patriarcats. Les ordres catholiques se sont formés en Occident au Moyen Âge parce que les églises locales (diocèses) ne pouvaient plus intégrer des mouvements religieux organisés dont les activités dépassaient le champ d'action des diocèses. D'autre part, les anciennes abbayes de vrais moines n'ont pas créé de tels problèmes parce qu'elles étaient basées à certains endroits et entretenues par leurs abbés. Rome (la papauté) a répondu à ce défi de la manière habituelle : elle a rendu ces nouveaux ordres directement subordonnés à elle-même. C'est ainsi que Rome traite aujourd'hui aussi ce qu'on appelle les "mouvements".

Interview de Père Gabriel ( Bunge):
 L'ORTHODOXIE A-T-ELLE BESOIN D'ORDRES MONASTIQUES ? (2)

La structure polyvalente de l'Église catholique lui donne incontestablement un plus grand degré de mobilité et de liberté, mais cela se fait aux dépens des églises locales. Il en résulte une plus grande uniformité au prix de la perte de la richesse spirituelle originelle de la vie monastique. Comme mentionné plus haut, le monachisme classique a été mis de côté et a presque perdu son lien avec l'Église, alors que dans l'Orthodoxie, le monachisme est toujours au cœur de l'Église et des croyants.

C'est pourquoi il n'y a aucune raison d'imiter cette évolution incontestablement occidentale (catholique), que les moines occidentaux "classiques" décrivent eux-mêmes comme une "émasculation". Je peux continuer à parler de cette émasculation continue et de ses conséquences dangereuses, mais je ne veux pas prendre plus de votre temps.

Sur l'éducation des moines

Pensez-vous qu'il est important pour les moines érudits de recevoir une éducation religieuse, d'étudier les langues étrangères et de fréquenter les universités occidentales ?

Cette question est liée à plusieurs questions importantes dont je sais qu'elles sont largement débattues au sein de l'Église orthodoxe russe. C'est pourquoi je voudrais exprimer ma propre opinion sur la base de mon expérience personnelle, sans prétendre que cette opinion soit applicable à tous et à toutes les situations.

Tout moine, qu'il s'agisse d'un moine vivant modestement dans son monastère ou d'un membre officiel éduqué de l'Église, doit avoir une bonne éducation spirituelle. Je pense que c'est indiscutable. Par "éducation spirituelle", je n'entends pas l'enseignement supérieur, mais une initiation sérieuse à la Tradition spirituelle de l'Église orthodoxe. Sinon, comment peut-il surmonter les nombreuses tentations répandues par Satan ? Si les moines ne travaillaient pas - physiquement dans leurs monastères ou intellectuellement dans les bureaux de l'église - leur vie serait improductive et inutile.
En ce qui concerne l'étude des langues étrangères, je crois que c'est utile pour ceux qui souhaitent développer des relations avec d'autres Églises orthodoxes, des théologiens ou des personnes de pays non orthodoxes. Cela inclut les missionnaires ou les prêtres travaillant dans une diaspora. Personnellement, je n'ai appris que les langues dont j'avais besoin pour étudier des textes anciens ou pour vivre dans d'autres pays, d'abord en Belgique, puis dans la partie italienne de la Suisse.

La question de la fréquentation des universités occidentales n'est importante que pour un petit groupe d'érudits monastiques. Encore une fois, je ne recommanderais une telle éducation qu'à ceux qui ont déjà obtenu un diplôme d'une université orthodoxe. Ce serait bon pour les moines dont la foi est déjà forte, quand ils décident qu'ils ont besoin d'une connaissance plus profonde dans des sujets spécifiques. Dans le monde globalisé moderne, l'Orthodoxie doit savoir ce que les "autres" pensent.

Aujourd'hui, les gens voyagent beaucoup et rencontrent les chrétiens d'autres confessions, tant dans leur pays qu'à l'étranger. C'est pourquoi il est utile d'être bien informé sur leur façon de penser, afin que nous puissions fournir des explications raisonnables lorsqu'ils nous interrogent sur notre foi. En raison de la crise profonde des communautés chrétiennes occidentales, les croyants s'intéressent de plus en plus à la foi orthodoxe. Pour pouvoir répondre à leurs questions, nous devons connaître les raisons de cette crise d'identité potentiellement fatale.

Interview de Père Gabriel ( Bunge):
 L'ORTHODOXIE A-T-ELLE BESOIN D'ORDRES MONASTIQUES ? (3)

L'Est et l'Ouest sont devenus incompatibles

Le schisme entre l'Orient orthodoxe et l'Occident catholique (d'un point de vue confessionnel, les termes "orthodoxe" et "catholique" ont été introduits relativement récemment !) est une question très complexe parce qu'elle ne s'est pas produite spontanément à cause d'une certaine hérésie. Au contraire, elle s'est développée très lentement au cours de nombreux siècles et à différents niveaux de la vie de l'Église. De plus, cela s'est produit d'une manière telle que bien souvent les gens ne se rendaient même pas compte que l'unité avait été perturbée bien avant la séparation formelle. C'est simplement par notre pensée habituelle que nous croyons rétrospectivement que les événements de 1054 ont joué un rôle important dans la séparation des deux Églises.
Tout le monde connaît probablement les principales raisons du désaccord, comme l'ajout du Filioque ou la papauté romaine. Pendant longtemps, la pneumatologie latine, qui dès le début était très différente de la pneumatologie grecque, n'a pas perturbé l'unité entre l'Orient et l'Occident, car l'Occident pouvait expliquer de quelle manière on pouvait dire que l'Esprit venait aussi du Fils. Par exemple, au septième siècle, saint Maxime le Confesseur, un Grec, expliquait au nom du pape Théodore, également grec, en quel sens les Latins prétendaient que le Saint-Esprit venait aussi du Fils.

Anastasius Bibliothecarius (de Rome) croyait que "d'une certaine manière l'Esprit vient aussi du Fils, mais qu'il ne va pas dans une autre direction", même si cela contredisait le Pape Nicolas et le Patriarche Photius. En d'autres termes, au niveau de l'économie, cela sonne comme un "oui", mais au niveau théologique, il ne vient pas du Fils. 

Le Filioque devint la raison du schisme seulement en 1014, lorsque l'Église romaine, sous la pression de l'empereur Henrich II, introduisit le Credo dans la Divine Liturgie, rejetant ainsi l'ancienne version latine du Credo qui fut approuvée par le Conseil de Chalcédoine (451) et la remplaçant par la version de Paulin I, Patriarche d'Aquilée, approuvée à l'époque de Charlemagne et utilisée par les Francs pendant deux siècles.
Cette nouvelle version, très élégante et, contrairement à l'ancienne version, même lue d'une voix chantée, est toujours utilisée par l'Église catholique. C'est ainsi que Filioque apparaît dans la prière introduite par Rome dans le Credo, bien que par une porte dérobée ! C'est ainsi que le "Filioquisme" des Latins est devenu un dogme, et donc une raison du schisme.
-->
Jusqu'à ce que Rome enlève le Filioque ajouté, que le pape Léon III (neuvième siècle) a continué à déclarer absolument illégal, toutes les tentatives pour restaurer l'unité complète entre l'Orient et l'Occident seront vouées à l'échec. Considérant qu'il est peu probable que Rome accepte de retirer le Filioque, la seule issue que je vois est le retour à l'ancienne version latine qui est identique au texte grec original et reconnu par Rome. C'est le texte qui a été utilisé à Rome depuis le cinquième siècle jusqu'au début du neuvième siècle, c'est-à-dire pendant près d'un demi-millénaire.

Interview de Père Gabriel ( Bunge):
L'ORTHODOXIE A-T-ELLE BESOIN D'ORDRES MONASTIQUES ? (4)

La question de la papauté romaine est aussi ancienne et complexe ! Elle remonte aux premiers siècles du christianisme et, fait intéressant, les Grecs n'ont pas compris tout de suite que c'était la raison du schisme. D'une part, l'enseignement typiquement romain sur le rôle de l'évêque dans l'Église universelle se développe lentement et progressivement. D'autre part, les Eglises orientales n'ont pas tout de suite compris les véritables conséquences ecclésiologiques de cette doctrine, qui reste absolument inacceptable pour les orthodoxes. Par exemple, les Grecs ont eu besoin de deux siècles pour comprendre l'impact réel de la réforme grégorienne !

Ces deux questions discutables ont été examinées au cours de discussions bilatérales. Cependant, j'ai peu d'espoir qu'un accord puisse être conclu, parce que la papauté qui couvre aussi avec son autorité "infaillible" la question du Filioque, est devenue au fil des siècles le pilier de l'Église catholique. On ne peut même pas penser à demander de l'enlever ou de le remplacer par d'autres éléments auxiliaires, par exemple, l'ancienne synodalité des Églises orthodoxes. Je pense que le but principal des discussions bilatérales entre l'Église orthodoxe et Rome est d'établir de bonnes relations entre elles et de s'entraider là où cela est possible sur le plan éthique, ce qui se fait souvent.
Cependant, l'antagonisme entre l'Orient et l'Occident sur le plan dogmatique n'est pas le seul obstacle à la restauration de la pleine unité canonique entre eux ! Il y a un autre facteur, moins connu, mais peut-être plus important, qui affecte chaque croyant. Le Pape Benoît XVI a noté un jour que l'Église catholique n'a jamais intégré théologiquement le Septième Concile œcuménique sur les images sacrées. Néanmoins, Rome, qui était à l'époque un sanctuaire pour les créateurs d'icônes, a toujours courageusement protégé la légitimité de vénérer les images sacrées, dont beaucoup sont encore conservées en Italie. Cependant, la véritable théologie de l'icône n'a jamais été développée.

Interview de Père Gabriel ( Bunge): L'ORTHODOXIE A-T-ELLE BESOIN D'ORDRES MONASTIQUES ? (5)

La liturgie dans le catholicisme est une action purement humaine, tandis que dans l'Orthodoxie, c'est la concélébration de l'homme avec les prêtres de la Liturgie Céleste.

Cela signifie que l'aspect iconographique de la liturgie n'a pas été développé non plus, c'est-à-dire qu'on ne s'est pas rendu compte que la liturgie que nous célébrons n'est pas un acte purement humain, mais une concélébration de personnes et de prêtres de la Divine Liturgie. Les textes liturgiques et les images sacrées d'icônes accentuent à merveille cette composante principale de la Divine Liturgie !

Au cours des siècles, une mentalité liturgique et spirituelle totalement différente s'est développée en Occident. Cela a eu des conséquences inévitables : Déjà au Moyen Âge, les iconostases disparaissaient peu à peu, les églises étaient construites sans égard pour l'orientation, le canon iconographique n'était pas suivi, et il n'y avait pas de vieux chants liturgiques. Ces faits sont bien connus des spécialistes de l'histoire de la liturgie et de l'art religieux.

La réforme liturgique initiée par le Concile Vatican II a intentionnellement placé un homme au centre. En conséquence, les offices catholiques ont commencé à ressembler de moins en moins à la Divine Liturgie orthodoxe et sont devenus de plus en plus semblables aux services des communautés protestantes. Ainsi, la sécularisation en Occident a conduit au développement d'une mentalité liturgique et spirituelle très différente de la mentalité orthodoxe, qui était essentiellement identique à la mentalité de l'époque des saints Pères.

J'ai dit à maintes reprises que si saint Jean Chrysostome revenait et entrait dans une église orthodoxe où l'on célébrait sa Divine Liturgie, il se sentirait à sa place. Cependant, si saint Grégoire le Grand revenait, il se sentirait mal à l'aise à la messe catholique. Même le Pape Pie XII y serait mal à l'aise ! Ce fait démontre tragiquement que nous assistons non seulement à la séparation de la Tradition, qui est corrigible, mais aussi à l'interruption de la Tradition, qui est permanente.

Les conséquences de cette évolution intra-occidentale sont plus graves que ce que supposent les théologiens fixés sur les doctrines et les concepts habituels: L'Orient et l'Occident sont devenus incompatibles, ce qui est clairement perceptible quand on compare les liturgies. Une réunification complète est impossible non pas à cause des différences (qui sont essentiellement légitimes), mais à cause de l'incompatibilité de ces différences. Pour l'unification, les différences doivent être compatibles, sinon les fidèles d'une Église ne pourront pas assister aux liturgies tenues dans d'autres Églises. Actuellement, après les réformes du culte initiées par le Concile Vatican II, la messe catholique est absolument incompatible avec la Divine Liturgie orthodoxe. Suite à l'autosécularisation rapide de l'Église catholique et à son orientation vers le protestantisme, cette incompatibilité se développe.

Compte tenu de ce qui précède, je ne suis pas optimiste quant à la réunification "dans un avenir prévisible", comme vous l'avez demandé. D'ailleurs, nous voyons que le temps travaille contre nous ! Après le Concile Vatican II, l'Église catholique a connu une évolution interne qui non seulement l'éloignait des anciennes Églises orthodoxes encore étroitement liées à l'héritage apostolique, mais qui, de plus en plus rapidement, l'éloignait de sa propre identité séculaire. Les croyants moyens le ressentent mais ne peuvent pas en comprendre les raisons ou prendre des mesures préventives. D'autre part, dans l'Église orthodoxe, la Divine Liturgie et le monachisme offrent un ajustement efficace qui empêche une telle évolution, comme le Pape Benoît XVI l'a noté avec perspicacité en son temps.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après  ORTHOCHRISTIAN


Aucun commentaire:

Publier un commentaire