vendredi 17 janvier 2020



Une bonne traduction serait la bienvenue,
mais pour ceux qui savent lire, le sens est évident.
p. Gontran

Et pourtant, le patriarche de Jérusalem peut (et devrait) convoquer un synode orthodoxe!
Par Nicholas Mann, professeur à Romfea.gr

"Fils heureux, mère de l'apôtre"
(St. John Damaskinos)
Suite au rejet attendu de l'invitation du patriarche de Jérusalem, M. Theophilos, à la fois par le patriarche Constantinople Bartholomew [1] et par l'archevêque d'Athènes M. Ieronymos [2], il a récemment été recruté et honoré par l'archevêque Bartholomew. le seigneur de "Lord Ascritus", Dr. Anastasios Vavouskos [3], afin de justifier, en termes de loi ecclésiastique, cette attitude de rejet.
Ainsi, dans un récent article intitulé "Le patriarche de Jérusalem peut-il convoquer une réunion de nature peu orthodoxe?"
Il est arrivé à cette conclusion après avoir d'abord enquêté, comme il l'écrit, "sur le fait que la tradition de l'Église est habituelle ou du moins qu'il existe un précédent pour que le patriarche de Jérusalem convoque une réunion et même peu orthodoxe" [5].
Dans ses recherches, écrit-il, il n'a identifié qu'un seul synode après l'apôtre 48, et en particulier le synode de 1672 à Jérusalem, présidé par le célèbre Dosithée de Jérusalem, mais qui, comme Vavuskos l'a correctement évalué - je suis d'accord absolument pas avec lui -, ce n'était pas de nature peu orthodoxe, mais: "a) il était local, b) il a été convoqué non pas au début mais dans le prolongement de la Grande Session de Constantinople; et pas t à contester »[6].
Cependant, mes propres recherches, que je publie ici, ont identifié non pas un, mais trois synodes orthodoxes, convoqués par le patriarche de Jérusalem, que je cite directement, afin de prouver le droit normal (et) du patriarche et d'autres patriarches Ordonné à l'avance, lorsque l'Église est en danger) pour convoquer des synodes de caractère orthodoxe:
a) Dimanche, Pentecôte 763, le patriarche de Jérusalem Theodore I (745-771) a convoqué une session à laquelle ont assisté le patriarche d'Alexandrie Kosmas (727-755) et le patriarche Antiochus theodosius (75) Ces évêques, qui étaient de nature peu orthodoxe, ont condamné l'iconoclasme. Le fait que le patriarche d'alors de Constantinople Constantin II n'y ait pas participé - car il était un instrument de l'empereur iconoclaste fanatique Constantin de Copronime et maudit après sa mort par le septième concile œcuménique, La confession de foi contre l'iconoclasme a-t-elle été lue [8] également dans les Actes du troisième œcuménique? Et bien sûr que non!
b) En avril 836, au cours de la deuxième phase de l'iconoclasme, au cours de laquelle les patriarches étaient principalement des iconoclastes sur le trône de Constantinople, le patriarche de Jérusalem Basile (820-838) a réuni des dirigeants "très respectés". Patriarche d'Alexandrie Christoforou (817-841) et archevêque Eve (813-843) comme congrès pandémique, plaidant pour l'orthodoxie "[9]. «Ces derniers et les évêques étaient âgés de quatre-vingt-cinq et cinq ans, de soixante-douze ans et des moines de cent cinquante-trois ans» [10]. Le Synode a envoyé une Lettre à l'empereur iconoclaste Théophile, qui a mis en lumière John Akakelia dans une édition relative [11], qui souligne l'importance de ce Grand Synode,
c) En 1443, le patriarche de Jérusalem, Joachim (1431-?) "a convoqué Jérusalem au Synode, où le patriarche d'Alexandrie Philothée (1435-1459) et 45 évêques de Constantinople ]. Le Concile, qui était clairement peu orthodoxe, a critiqué le pseudonyme du Synode Ferrare-Florence, et a en même temps condamné la querelle (et la dérision de ceux qui s'opposaient à ses décisions) avec le patriarche latin Constantin II (Constantinople). des personnes ordonnées par lui, qui, comme l'écrit le document synodique lui-même, sont des "métropolitains d'infidélité et d'un évêché omnipotent dans les trônes divins et sacrés de la Sainte et Grande Église de Constantinople. Comme cette subjective aurait tῇ enoriᾳ « [13]!
Par conséquent, sur la base de ces faits incontestables, le patriarche de Jérusalem, M. Theophilos, peut sans aucun doute convoquer un synode de nature peu orthodoxe et inviter non seulement des presbytériens, mais aussi des prêtres généraux des églises orthodoxes, auxquels le synode M. Bartholomew (pour les doctrines hérétiques, le schisme et l'excès de pouvoir) et jeter les bases d'un véritable synode panorthodoxe dans lequel la vérité est basée - pas un intérêt aux États-Unis, le Vatican ou d'autres États hétérodoxe - doivent prendre en compte toutes les questions qui concernent l'Eglise orthodoxe au siècle dernier.
De cette façon, le Patriarche de Jérusalem, M. Theophilos, apparaîtra digne de ses prédécesseurs susmentionnés, et prouvera que parce qu'il respecte l'orthodoxie, il connaît exactement la position et les responsabilités du Patriarcat de Constantinople, qui ne constitue pas un "type" Les églises des autres patriarcats, qui devraient la remettre sur la bonne voie - car elle s'écarte malheureusement de la vieille Rome et essaie de l'imiter dans sa chute [14] - et ne pas la sympathiser.

NOTES
[1] "Non" de Bartholomew à Théophile de Jérusalem: https://www.kathimerini.gr/1059662/article/epikairothta/ellada/oxi-var8olomaioy-ston-ierosolymwn-8eofilo Par son attitude, cependant, il condamne absolument quiconque est prétendument le "Pape de l'Est", sans référence à personne ...
[2] Archevêque: '' Je n'assisterai pas à la réunion des présidents orthodoxes '' https://www.romfea.gr/ekklisia-ellados/34521-arxiepiskopos-den-tha-metabo-sti-sunantisi-ton-orthodojon-prokathimenon -foto Ce n'est pas un hasard si sa déclaration est intervenue après une rencontre avec l'ambassadeur américain à Athènes, Jeffrey Paiat!
[3] L'OFFICIER DU PRINCIPE ASCRETANT DANS AN. VABUSCO PAR LE PATRIARCHE: https://www.voria.gr/article/to-offikio-tou-archonta-asikriti-ston-vavousko-apo-ton-patriarchi
[5] De même.
[6] De même.
[7] Chrysostomou Papadopoulos, Histoire de l'Église de Jérusalem, 2e éd., Athènes, 1970, p. 329.
[8] Mansi, Sacrorum Conciliorum Nova Amplissima Collectio, vol. 012, p. 1135.
[9] Chrysostomou Papadopoulos, op. Cit., Pages 361 à 362.
[10] Dositheou Jérusalem, Histoire de la Jérusalem patriarcale, Bucarest, 1715, p. 694-695.
[11] Ioannis Sakkelion, Lettre au Synode des Saints Patriarches de la Fin, Athènes, 1864.
[12] Chrysostomou Papadopoulos, op. Cit., P. 483.
[13] Ibid., P. 484.
[14] Nicholas Mann, la nouvelle Rome sur les traces de l'ancien? https://krufo-sxoleio.blogspot.com/2019/01/blog-post_17.html


Calendrier Liturgique du mois de Janvier 2020.
Chapelle St Jean de Grasse,
 2 ch.de St jean. 06130 Grasse
Tel : 06 47 36 09 34
                       

Samedi 18 Janvier : Grandes Vêpres à 18h.
Dimanche 19 Janvier : 29ème Dimanche après la Pentecôte. (Guérison des dix lépreux) Matines et Divine Liturgie à partir de 9h15/10h, puis agapes.

Mercredi 22 Janvier: Liturgie vespérale à 19h. Sts Pères du 6ème Concile œcuménique.


Samedi 25 Janvier : Grandes Vêpres à 18h.
Dimanche 26 Janvier : 31ème Dimanche après la Pentecôte (De Zachée),(Les nouveaux martyres russes). Matines et Divine Liturgie à partir de 9h15/10h, puis agapes

Mercredi 29 Janvier Vêpres et Divine Liturgie à 19h, Synaxe des Sts Hiérarques: Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome, et de Sts Bathilde, reine des Francs (30/01).


+++

Durant tout le mois de janvier, votre prêtre est à disposition pour la bénédiction des maisons. 
Tel : 06 47 36 09 34




Le dialogue avec les hétérodoxes n'est possible que sur une base missionnaire et apostolique. Le but devrait être d'aider les frères occidentaux qui se sont détachés de la Vérité à regagner l'Église qu'ils ont quittée.

Aujourd'hui, nous assistons à une forme de dialogue complètement différente avec les hétérodoxes. Combien de grands papistes sont revenus dans l'Église, combien d'éminents protestants sont revenus ?

Si nous voulons mener le bon dialogue - fraternel, missionnaire, sacrificiel - alors notre objectif devrait être d'essayer d'aider ces gens à trouver le chemin dont ils sont sortis. Les unir non pas à nous personnellement, mais à l'Église de nos saints, au Corps du Christ.

L'inverse est en train de se produire maintenant... Les chrétiens occidentaux nous ont essentiellement laissé à leur sort, d'ailleurs, nous créons nous-mêmes une fausse impression qu'ils sont aussi chrétiens et qu'il n'y a pas de différence et de contradiction sérieuses entre nous.

À la mémoire du Protopresbytre Georges Metallinos

Le 19 décembre 2019, l'éminent théologien, historien et pasteur Protopresbytre Georges Metallinos est parti vers le Seigneur. 


jeudi 16 janvier 2020


Alors que nos Hiérarques se demandent encore qui aura les honneurs de la première place, les évêques catholiques eux, font entendre la voix de l'Évangile.

 Père Jean BOBOC, tu nous manques, pries Dieu pour nous!

Bioéthique : « Si nous nous taisons, les pierres crieront » 
15 janvier 2020

À quelques jours d’une nouvelle manifestation contre le projet de loi bioéthique et alors que le texte sera débattu en séance à partir du 21 janvier au Sénat, Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, vient de prendre, une nouvelle fois, position. Il appelle à « une prise de conscience […] urgente ».

C’est une nouvelle période décisive qui va s’ouvrir pour le projet de loi bioéthique. Dans moins d’une semaine, le 21 janvier, le texte va être débattu au Sénat. Alors que la conférence des évêques de France a récemment publié trois mises en garde sur le projet de loi bioéthique, Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, a à son tour pris la plume. « Si nous nous taisons, les pierres crieront », affirme-t-il en préambule, reprenant les mots de saint Luc (Lc 19, 40). « Après avoir commencé à détruire la planète, allons-nous laisser défigurer notre humanité ? Qui osera élever la voix ? », s’interroge-t-il.

 « Depuis des années, nous nous engageons toujours plus avant vers une dérive mercantile de pays nantis qui se payent le luxe d’organiser un trafic eugéniste avec l’élimination systématique des plus fragiles, la création d’embryons transgéniques et de chimères », rappelle encore l’archevêque de Paris. « Comment se fait-il que notre société si soucieuse, à juste titre, du respect de l’écologie pour la planète, le soit si peu quand il s’agit de l’humanité ? Tout est lié. »

Rappelant que « l’enfant est un don à recevoir, pas un dû à fabriquer », Mgr Michel Aupetit réaffirme que « l’absence d’un père est une blessure que l’on peut subir, mais il est monstrueux de l’infliger volontairement ». « Il est encore temps pour le législateur de se ressaisir, d’oser dépasser les postures idéologiques et pour tous les citoyens de faire entendre la voix du bon sens, de la conscience et de la fraternité humaine ».



Pour information, ce soir à la télé!

1941, une ville roumaine cède à l’antisémitisme
« La mort en face. Le pogrom de Iasi », jeudi 16 janvier à 23 h 20 sur France 3. Ou en Replay...

En huit jours, près de 15 000 Juifs furent assassinés lors d’un effroyable pogrom.
Tous les conflits possèdent leurs marges où le tragique de l’histoire est redoublé par l’ignorance et l’oubli. Durant l’été 1941, la ville de Iasi, dans le nord-est de la Roumanie, fut l’un de ces théâtres sordides. Arrivé au pouvoir en septembre 1940 et allié du IIIe Reich, le régime de Ion Antonescu y décima l’importante communauté juive locale. En huit jours, du 28 juin au 6 juillet 1941, près de 15 000 Juifs furent assassinés lors d’un effroyable pogrom.

De manière très sobre, le documentaire de William Karel et Nellu Cohn lève le voile sur ces exactions longtemps méconnues en privilégiant la parole de témoins juifs qui vécurent enfant ou adolescent ces heures noires. Ils décrivent une population locale hystérisée par l’antisémitisme et l’antijudaïsme, accusant les Juifs d’être des « bolcheviques », des espions au service des Soviétiques et d’avoir « tué Jésus ».

Une véritable chasse à l’homme menée par les soldats allemands et roumains mais aussi par les habitants se déploya d’abord dans les rues et les maisons de la ville. Les Juifs survivants furent ensuite rassemblés dans la cour de la préfecture, où ils se croyaient en sécurité, avant d’y être sauvagement exécutés. Puis, près de 5 000 Juifs furent entassés dans deux trains remplis de fumier dont les aérations avaient été condamnées. Ces trains avaient pour ordre de rouler lentement, sans destination, pendant qu’à l’intérieur les Juifs, privés d’eau et d’air, se mouraient. « L’enfer était avec nous et la mort aussi », témoigne l’un des survivants.

De nombreuses photographies illustrent ce crime de masse. Une partie de ses responsables fut jugée en 1948, mais ces événements furent occultés par le régime communiste qui préférait charger l’Allemagne nazie et célébrer la résistance roumaine. On estime qu’entre 1941 et 1944, 270 000 Juifs roumains moururent assassinés ou périrent de froid, de faim ou du typhus lors des marches de la mort vers l’Ukraine.
Élodie Maurot,  Lu sur la Croix


mardi 14 janvier 2020


Jérôme VIAUD


12 janvier 2020 


Je suis très heureux d’être aux côtés du Père Gontran POUSSOU et d’avoir pu répondre présent à son invitation, à l’occasion de l’assemblée générale ordinaire de l’Association Cultuelle Orthodoxe du Pays de Grasse.

L’assemblée générale est toujours un moment important pour son président et ses membres ; dans la chapelle Saint Jean, à l’issue de la Liturgie, nous avons pu évoquer la vie de l’association.

Je remercie le Père Gontran POUSSOU pour la qualité de nos échanges, toujours sincères et authentiques et d’avoir permis aux côtés de ses membres un vrai moment de réflexion et de partages.




Le patriarche Daniel :

 « La pénitence n’est pas un simple regret émotionnel »



14 janvier 2020 par Jivko Panev Orthodoxie.com

« La pénitence n’est pas un simple regret émotionnel, je suis désolé pour ce que j’ai fait, mais c’est un changement du mode de penser, de parler et de faire », a expliqué le patriarche Daniel dans son homélie le dimanche après le Baptême du Seigneur. Le texte de l’Évangile de ce jour présente le début de la prédication du Seigneur.

 À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est proche » (Matth. IV, 17). Le patriarche a mentionné que la pénitence à laquelle fait référence le Sauveur, le Christ, présuppose un changement de vie. « La vie vécue dans la désobéissance au Seigneur se change en une vie vécue dans l’obéissance au Seigneur. La vie vécue dans des actes mauvais se change en vie vécue dans les bonnes actions ». 

Dans ce contexte, le patriarche a expliqué comment commence la renaissance spirituelle de l’homme pécheur. « Par la foi en Christ, par la pénitence et en recevant le saint Baptême au nom de la Très sainte Trinité », car les « saint Mystères du Baptême et de la Pénitence sont les sources de la lumière et de la joie pour la vie chrétienne ». Du fait que nous avons été baptisés au nom, dans la lumière et l’amour de la Très sainte Trinité, le patriarche a exhorté à ce que « tout le temps de notre vie » nous glorifiions le Père, le Fils et le Saint-Esprit, par la pensée et la parole, par la prière et les bonnes œuvres.

 Offrant un exemple spirituel, le patriarche a réitéré les paroles de saint Antoine le Grand, que celui-ci a prononcées avant la mort : alors qu’on lui demandait « Si vous aviez vécu plus longtemps, qu’auriez-vous fait ? », le saint n’a pas développé un programme social ou culturel, mais a répondu « Si je vivais plus longtemps, j’aurais appris à mieux me repentir ». Et c’est ce qu’il a dit après des décennies  de lutte spirituelle, de jeûne et de prière ».  

À la fin de son homélie, le patriarche a précisé que la pénitence doit être « un nettoyage permanent » des péchés commis en pensée, parole, et en acte, pour recevoir « le salut et la sainteté » comme des dons du Royaume de Dieu.


lundi 13 janvier 2020


Vœux pour 2020: Apprendre l'alphabet, et le mettre en pratique!
P. Gontran


"Du Discernement dans les pensées, les vices et les vertus".
 chapitre XXVI

Ceux qui sont des hommes consommés dans les sciences connaissent très bien les choses convenables d'abord à ceux qui commencent leurs études; celles qui conviennent à ceux qui ont fait quelques progrès; enfin celles qui sont propres à ceux qui sont devenus capables de donner des leçons aux autres. Prenons bien garde qu'après avoir longtemps étudié, on ne nous trouve toujours qu'aux premiers éléments de la science spirituelle et religieuse. N'est-il pas honteux pour un vieillard de ne se voir qu'aux écoles de l'enfance. Or voici le véritable alphabet de ceux qui veulent apprendre la science religieuse :
A. l'obéissance; B. le jeûne; C. le cilice; D. la cendre; E. les larmes; F. la confession; G. le silence; H. l'humilité; I. les veilles; K. la générosité; L. le froid; M. le travail; N. les afflictions; O. les mépris; P. la contrition; Q. l'oubli des injures; R. la charité fraternelle. S. la douceur; T. la foi sainte et exempte de curiosité; V. l'indifférence pour le monde; X. une sainte aversion pour les parents; Y. un détachement parfait de toute chose; Z. une grande simplicité unie à une grande innocence, et une abjection volontaire.

Quant à ceux qui ont déjà fait quelques progrès dans la science religieuse, leur étude et leur application particulières doivent être de s'efforcer de remporter une victoire complète sur la vaine gloire et sur la colère, de nourrir et d'augmenter en eux l'espérance des biens à venir, de rendre plus parfaite la paix de leur âme et plus grande, la circonspection de leur esprit, de graver de plus en plus dans leur mémoire le souvenir et la pensée des jugements de Dieu, de perfectionner leurs sentiments de tendresse et de commisération pour leurs frères, d'exercer envers eux les devoirs de l'hospitalité avec affection et prudence, d'être plus doux et plus modérés dans les corrections, plus fervents et plus recueillis dans la prière, enfin, de mépriser entièrement les richesses.

Pour ce qui regarde les parfaits qui, par une piété fervente, ont consacré à Dieu toutes les pensées de leur esprit, tous les sentiments de leur cœur et toutes les actions de leur corps, voici l'alphabet qui leur convient :
 Ils doivent :
A. conserver leur cœur libre de toute passion; B. nourrir dans eux une charité parfaite; C. pratiquer une humilité profonde; D. avoir un éloignement absolu de toutes les vanités du siècle; E. être dévorés d'un zèle ardent pour conserver la Présence de Jésus-Christ; F. user d'un soin tout particulier pour défendre le trésor de leurs prières et des lumières qu'ils ont reçues, des embûches et des pièges des démons qui veulent le leur enlever; G. s'enrichir de plus en plus des dons et des illuminations célestes; H. désirer ardemment la fin de leur vie; I. n'avoir que de l'aversion pour la vie présente; K. éviter tout ce qui peut flatter la chair; L. mériter de devenir auprès de Dieu des avocats et des intercesseurs pour tout le monde; M. faire en sorte d'engager Dieu à faire miséricorde aux hommes; N. participer au ministère des anges; O. devenir des trésors de science; P. se rendre dignes d'être les interprètes des vérités surnaturelles et des mystères; Q. mériter d'être les dépositaires des secrets du ciel; R. sauver les hommes; S. soumettre les démons; T. triompher des passions et des vices; V. vaincre la chair; X. gouverner la nature entière; Y. faire une guerre à toute outrance au péché; Z. être des temples vivants de la paix souveraine du cœur, et par la grâce des imitateurs parfaits de notre Seigneur Jésus-Christ. 

Saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
Blog du Moinillon.



lundi 2 décembre 2019


Vous qui aimez et soutenez la restauration
 du patrimoine cultuel et culturel...




2010-2020 

La chapelle St Jean de Malbosc, construite vers 1680, propriété de la famille
De Fontmichel, ré-ouverte au public depuis 10 ans, redonne vie au quartier. Sauvegardée et mise hors d'eau dans les années 70, il lui reste à retrouver ses couleurs d'origine.

Au cours de ces dix dernières années,  il a été possible de financer et faire réaliser quelques aménagements intérieurs et extérieurs qui ont apporté plus de commodité, une mise en conformité du lieu, ainsi qu'une mise en valeur de la chapelle et un embellissement de la place St Jean.

D'autres travaux et aménagements s'avèrent maintenant nécessaires : rénovation intérieure des murs et du plafond, restauration de la cloche et installation d'un  portillon à l'extérieur, pour des raisons de sécurité.

D'après l'étude des devis qui nous ont été fournis, le montant des travaux s'élèvera
 à 17 800 euros, répartis ainsi :

Peinture: 10500 Euros
Ferronnerie: 1250 Euros
Electricité : 1100 Euros
Cloche : 2900 Euros
Bancs : 2000 Euros

Aussi, dès maintenant, nous avons besoin de votre aide financière afin de clore notre budget, soit 5000 euros.

Par ailleurs, nous vous rappelons que les dons faits à notre association permettent de bénéficier d'une réduction d'impôt.


Les chèques sont à libeller à l'ordre de : Association cultuelle orthodoxe du Pays de Grasse

Et à adresser à : Mission Orthodoxe de Grasse, 11 chemin du Suquet 06530 Spéracèdes

Courriel: mission.orthodoxe.grasse@gmail.com
site: eglise-orthodoxe-grasse.blogspot.com

mardi 26 novembre 2019

C'est au tour de la cloche de prendre 
des vacances !









Retour pour le 15 Janvier 2020.....

mercredi 20 novembre 2019

L'électricien au travail.



Et la chapelle en chantier.....


Et la lumière fut!

Quelques photos de la restauration.
Le ferronnier au travail!-2



Même sous la pluie.

Travail terminé !