lundi 2 décembre 2019


Vous qui aimez et soutenez la restauration
 du patrimoine cultuel et culturel...




2010-2020 

La chapelle St Jean de Malbosc, construite vers 1680, propriété de la famille
De Fontmichel, ré-ouverte au public depuis 10 ans, redonne vie au quartier. Sauvegardée et mise hors d'eau dans les années 70, il lui reste à retrouver ses couleurs d'origine.

Au cours de ces dix dernières années,  il a été possible de financer et faire réaliser quelques aménagements intérieurs et extérieurs qui ont apporté plus de commodité, une mise en conformité du lieu, ainsi qu'une mise en valeur de la chapelle et un embellissement de la place St Jean.

D'autres travaux et aménagements s'avèrent maintenant nécessaires : rénovation intérieure des murs et du plafond, restauration de la cloche et installation d'un  portillon à l'extérieur, pour des raisons de sécurité.

D'après l'étude des devis qui nous ont été fournis, le montant des travaux s'élèvera
 à 17 800 euros, répartis ainsi :

Peinture: 10500 Euros
Ferronnerie: 1250 Euros
Electricité : 1100 Euros
Cloche : 2900 Euros
Bancs : 2000 Euros

Aussi, dès maintenant, nous avons besoin de votre aide financière afin de clore notre budget, soit 5000 euros.

Par ailleurs, nous vous rappelons que les dons faits à notre association permettent de bénéficier d'une réduction d'impôt.


Les chèques sont à libeller à l'ordre de : Association cultuelle orthodoxe du Pays de Grasse

Et à adresser à : Mission Orthodoxe de Grasse, 11 chemin du Suquet 06530 Spéracèdes

Courriel: mission.orthodoxe.grasse@gmail.com
site: eglise-orthodoxe-grasse.blogspot.com

mercredi 27 novembre 2019


Calendrier Liturgique du mois de Décembre 2019.
Chapelle St Jean de Grasse,
 2 ch.de St jean. 06130 Grasse
Tel : 06 47 36 09 34


Lundi 9 Décembre: Conception de la Mère de Dieu. 

Mercredi 11 Décembre: Liturgie vespérale, (St Spyridon) à 19h.

Samedi 14 Décembre: Grandes Vêpres à 18h.
Dimanche 15 Décembre: 28ème Dimanche après la Pentecôte. (Des Saints Ancêtres du Seigneur/ Parabole du dîner). Matines et Divine  Liturgie à partir de 9h15, puis agapes.

Mercredi 18 Décembre: Vêpres et office d'intercession à la Mère de Dieu à 19h.

Samedi 21 Décembre: Samedi avant la Nativité; avant-fête de la Nativité. Grandes vêpres à 18h, chapelle St Jean.
Dimanche 22 Décembre : Dimanche avant la Nativité. ( De la Généalogie). Matines et Divine  Liturgie à partir de 9h15, puis agapes.

Mardi 24 Décembre :

 10h Vêpres et Liturgie de St Basile. (Jeûne).//Heures Royales.

Paramonie de la Nativité à partir de 20h :
Complies et Matines.
Collation : (Chocolat chaud et brioche).

Mercredi 25 Décembre:

 Nativité de Notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ.  (Noël). Petites heures et Divine Liturgie de Saint Jean Chrysostome à partir de 10h, puis agapes festives.

Samedi 28 Décembre:  Clôture de la fête de la Nativité. Grandes Vêpres à 18h.
Dimanche 29 Décembre : Dimanche après la Nativité (La fuite en Egypte). Matines et Divine  Liturgie à partir de 9h15, puis agapes.

Mardi 31 Décembre - 18h, Vigiles, (Vêpres et Matines). De la circoncision selon la chair de Notre Seigneur Dieu et sauveur Jésus-Christ. (Chapelle St Jean).

Mercredi 1 janvier 2020 : Petites Heures et Divine liturgie de Saint Basile à 10h. Agapes.

mardi 26 novembre 2019

C'est au tour de la cloche de prendre 
des vacances !









Retour pour le 15 Janvier 2020.....

mercredi 20 novembre 2019

L'électricien au travail.



Et la chapelle en chantier.....


Et la lumière fut!

Quelques photos de la restauration.
Le ferronnier au travail!-2



Même sous la pluie.

Travail terminé !

lundi 18 novembre 2019

Quelques photos de la restauration.
Le ferronnier au travail!-1.




vendredi 15 novembre 2019

Menus travaux.


Le bénitier a presque retrouvé sa place, nous l'avons juste détourné son usage premier.


Et la sacristie change de couleur, comme les arbres en automne.

mardi 5 novembre 2019


Le métropolite du Monténégro Amphiloque : « Le patriarche de Constantinople ne peut être appelé le primat de l’Église orthodoxe […] Le concile panorthodoxe est l’organisme suprême de l’Église orthodoxe »

5 novembre 2019 par Christophe Levalois





À l’issue de la liturgie célébrée en l’église de la Nativité de la Mère de Dieu à Cetinje, le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque a déclaré que le patriarche de Constantinople ne peut être appelé le primat de l’Église orthodoxe, qu’il ne peut à lui-seul décider des problèmes auxquels est confrontée l’Église orthodoxe et que ceux-ci ne peuvent être résolus que par un concile panorthodoxe qui est l’organe suprême de l’Église. « Hier [le 25 octobre], nous avons eu une réunion au sujet des événements en Ukraine avec une commission du Patriarcat de Constantinople, dirigée par le métropolite de Pergame Jean. Malheureusement, le patriarche de Constantinople continue sa version des choses et n’y renoncera pas facilement » a déclaré le métropolite Amphiloque. Celui-ci a expliqué que cette commission construit sa position, au sujet de la question ukrainienne, sur le rôle du Patriarcat de Constantinople à travers l’histoire. « Mais leur problème et celui de nombreux autres est qu’ils ne réalisent pas que les temps ont changé. Et nous, notre Assemblée épiscopale, avons écrit au patriarche de Constantinople que l’ère constantinienne était passée, elle qui a commencé avec le saint empereur Constantin et s’est terminée en 1453 avec la chute de Constantinople sous l’occupation turque et en 1918 avec la mort de la famille impériale martyre des Romanov ». Le métropolite a rappelé que Constantinople avait joué un grand rôle à l’époque où l’empereur Constantin avait transféré la capitale de l’ancienne à la Nouvelle Rome. « Et le fait que le siège de l’empire y ait été transféré, un empire qui a dirigé le destin de la Méditerranée pour ne pas dire du monde presque durant mille ans, a vraiment donné à Constantinople une grande mission, particulièrement pour nous, les peuples slaves. Ceux-ci ont reçu par Constantinople la foi orthodoxe, et après cela, l’indépendance de leurs Églises locales. Tout ceci est l’œuvre du grand Patriarcat de Constantinople. Mais notre temps est différent et il est indispensable que l’Église, en respectant tout ce qui a été à travers l’histoire, fonde néanmoins son avenir sur ces premiers siècles de son histoire, lorsqu’elle n’était pas tant liée au pouvoir [civil, ndt] », a souligné Mgr Amphiloque. Celui-ci a rappelé que l’Église était liée au pouvoir lorsque celui-ci est devenu chrétien par l’empereur Constantin puis, par la suite, jusqu’au tsar Nicolas. « Il y avait un pouvoir chrétien, des souverains chrétiens, des peuples chrétiens, des États chrétiens… Aujourd’hui, nous n’avons ni des souverains chrétiens, ni des pouvoirs chrétiens. Quant aux peuples qui étaient chrétiens, à quel point le sont-ils aujourd’hui ? C’est ainsi que ce lien entre le pouvoir et l’Église qui avait un grand sens à travers l’histoire, n’existe plus aujourd’hui, malheureusement. L’Église est donc appelée à sa vie originelle et à ce que tout se passe en elle, d’autant plus les grandes décisions, selon l’esprit des saints Pères, c’est-à-dire selon l’esprit de ce premier concile de Jérusalem, dans les années 50 après la Nativité du Christ, où il est dit qu’il ‘a semblé bon au Saint-Esprit et à nous’. C’est le message qu’envoie aujourd’hui notre Église, et elle prie nos frères de Constantinople de comprendre qu’ils ne peuvent plus décider à eux-seuls. Que l’on soit de Constantinople ou de Belgrade », a souligné le métropolite Amphiloque, qui a précisé que le concile panorthodoxe est l’organisme suprême dans l’Église orthodoxe : « Le concile panorthodoxe est l’organisme suprême de l’Église orthodoxe depuis les temps apostoliques, et cela est valable à nouveau aujourd’hui. Et tous ces problèmes qui se dressent aujourd’hui devant l’Église orthodoxe ne peuvent être résolus que par un concile, un concile œcuménique, un concile panorthodoxe », a souligné le métropolite Amphiloque. Celui-ci a également ajouté qu’il nous faut prier Dieu pour que cet esprit conciliaire se renouvelle dans l’Église du Christ, tout en respectant ce qui s’est produit à travers l’histoire ainsi que le Patriarcat de Constantinople, qui est l’Église du premier Trône. « Le patriarche de Constantinople ne peut s’appeler chef de l’Église orthodoxe, comme cela a été écrit dans ce tomos de l’Église ukrainienne, à savoir qu’il était le primat de l’Église orthodoxe, citant à ce sujet l’empereur Justinien. C’était au temps de l’Empire byzantin unique et lorsque d’autres royaumes et États ont été modelés selon celui-ci. Alors, les souverains, à l’instar de ce qu’était ici notre roi Nicolas Petrović, se sont indubitablement impliqués dans la vie de l’Église et ont donné une direction à sa vie. D’autant plus ici, au Monténégro, où l’orthodoxie était religion d’État, et le roi Nicolas a pratiquement hérité de cet esprit dont les fondements ont été posés par saint Pierre de Cetinje et Pierre II [Njegoš] cette relation entre l’Église et l’État. Il peut en être ainsi lorsque le souverain est chrétien. Aujourd’hui, les états sont sécularisés, les peuples cheminent dans ces voies sécularisées, les chefs d’État sont souvent des athées, et on ne peut plus se conduire ainsi avec l’État, tout en étant respectueux de son autorité», a ajouté le métropolite, soulignant qu’il n’y a qu’un seul chef dans l’Église du Christ : « C’est le Christ, il n’y a pas d’autres chefs, il n’y a pas d’autres primats. Tous les autres sont des apôtres qui témoignent de ce chef, le Christ, comme chef de l’Église, laquelle est une, sainte, catholique et apostolique et à laquelle nous appartenons et que nous servons » a conclu le métropolite Amphiloque.