vendredi 8 décembre 2017

En avant première!


Fête de Saint Nicolas


Crédit photos: Frantz CHAVAROCHE

dimanche 26 novembre 2017

Calendrier Liturgique du mois Décembre 2017.
Chapelle St Jean de Grasse, 2 ch.de St jean. 06130 Grasse
Tel : 06 47 36 09 34
site: eglise-orthodoxe-grasse.blogspot.com

Samedi 16 Décembre : Pas d'offices !
Dimanche 17 Décembre: 28ème Dimanche après la Pentecôte. (Des Saints Ancêtres du Seigneur/ Parabole du dîner). Matines et Divine  Liturgie à partir de 9h15, puis agapes.

Vendredi 22 Décembre: 18 h Heures Royales, et confessions. (Jeûne).
Samedi 23 Décembre: Samedi avant la Nativité; avant-fête de la Nativité. Grandes vêpres à 18h.

Dimanche 24 Décembre : Dimanche avant la Nativité. ( De la Généalogie). Matines et Divine  Liturgie à partir de 9h15, puis agapes.

Vêpres à 16h (lieu à préciser).

Paramonie de la Nativité à partir de 20h :

 Complies et Matines. Collation : (Chocolat chaud et brioche).

Lundi 25 Décembre: Nativité de Notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ . (Noël). Petites heures et Divine Liturgie de Saint Basile à partir de 10h, puis agapes festives.

Samedi 30 Décembre:  Clôture de la fête de la Nativité. Grandes vêpres à 18h.
Dimanche 31 Décembre : Dimanche après la Nativité (La fuite en Egypte). Matines et Divine  Liturgie à partir de 9h15, puis agapes.
18h, Vigiles, (Vêpres et Matines). De la circoncision selon la  de Notre Seigneur Jésus.

Lundi 1 janvier: Petites Heures et Divine liturgie de Saint Basile à 10h. Agapes


mardi 21 novembre 2017

INCINÉRATION ET RÉSURRECTION

Le carême de Pâques 

En ce temps béni, nous nous renouvelons dans l’expérience fondamentale de la tradition biblique : la gestion de la vie et de la mort. « La mort n’a plus de pouvoir sur nous », confesse l’apôtre Paul. Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob est le Dieu des vivants et des morts. Ceux-ci ne sont pas anéantis : ils reposent jusqu’au jour de la résurrection finale – résurrection corporelle de tous les vivants de tous les siècles et de tous les temps. Le grand Carême est le renouveau de la grâce baptismale : or, le baptême est la consécration du corps par l’immersion dans la vie du Christ ; la chrismation est sa sanctification par l’onction de l’Esprit ; et l’eucharistie le divinise de l’intérieur. Le baptême t’intègre au peuple d’Israël, corps mystique dont le Christ Dieu est la tête.

La mémoire

Nous savons par la Foi que le corps humain, et de façon éminente celui des baptisés, est le temple de la Divinité. Il est également le corps d’une personne créée. Chaque atome, la plus infime parcelle ou poussière ou cendre de ce corps porte à jamais une information relative à cette personne dont ce corps est le corps, et véhicule la mémoire du Christ dont il est un membre. On pourrait à ce sujet introduire le concept de « code hypostatique ». Cela veut dire que, à la Résurrection, non seulement les ossements de la vision d’Ézéchiel (6, 5), mais la moindre parcelle, marquée du nom de sa personne et signée du sceau du Christ et du don du saint Esprit, répondra à l’appel de ce nom (cf. Apocalypse 7, 5-8). Ceux qui auront été détruits par des cataclysmes et des incendies, dévorés par des bêtes, ou brûlés dans les camps de la mort, ressusciteront corporellement, parce qu’il n’y a pas de corps anonyme. Dieu, comme le rappelle saint Irénée, n’a rien créé pour le néant : Il a tout créé pour la transfiguration et la vie éternelle. Le feu lui-même n’anéantit pas : il accélère la dissociation des éléments. Mais il n’y a pas de comparaison sérieuse entre la destruction accidentelle d’un corps par un incendie et le fait de le brûler volontairement comme le font certaines religions ou l’inspirent des philosophies pour lesquelles la vie corporelle n’est rien, n’est qu’illusion.

L’interdit

Il est strictement interdit aux chrétiens de pratiquer l’incinération. Le Saint-Synode de l’Église roumaine l’a rappelé à plusieurs reprises par décrets canoniques du 15 juin 1928, du 20 février 1933 et, plus récemment, du 5 juillet 2012. Les prêtres qui, sollicités d’une façon ou d’une autre, participent ou organisent des funérailles pour des personnes qui ont choisi, ou pour lesquelles on a choisi l’incinération, sont l’objet de sanctions graves : suspension ou déposition. Il est demandé aux pasteurs d’informer rigoureusement les fidèles que choisir pour soi ou pour autrui l’incinération revient à renoncer à la sépulture chrétienne. Leur ministère consiste à aider les fidèles à garder la tradition chrétienne, qui a invariablement été celle de l’inhumation.

Le sens biblique

Interdire, ou permettre, ne suffisent pas. Nous sommes appelés à enseigner le sens biblique de la vie et de la mort, et la valeur éminente du corps. La vie tout entière du baptisé est intégrée à l’existence du Christ, le Dieu d’Israël « fait chair » et « fait homme » (Symbole de Nicée-Constantinople). Quand il est conçu, on lit l’évangile de l’Annonciation ou conception humaine du Verbe ; pendant la gestation, la communauté de Foi prie pour celle qui est enceinte et l’enfant qu’elle porte ; quand il naît, le prêtre lit l’évangile de la naissance de Jésus Christ ; à la fin de la semaine, le nom est donné à l’enfant et l’on écoute l’évangile de Luc 2 ; à 40 jours, l’enfant est présenté à l’Église comme le Sauveur au Temple (Luc 2, 22ss) ; il sera, par le baptême et l’onction chrismale, assimilé à la mort et à la vie du Christ ; il sera uni à lui en se nourrissant de son corps et de son sang. À 12 ans, on peut, fêter l’anniversaire du baptême de l’enfant et lire Luc 2, 41-52. Toute la vie de l’enfant d’Israël qu’est le baptisé est façonnée sur la vie du Maître. Quand il meurt, c’est dans l’espérance de la résurrection, puisque le Christ est ressuscité. Et il est soigné, veillé et inhumé comme le fut le Christ puisqu’il ressuscitera comme lui. Or le Christ ne fut pas incinéré, la Mère de Dieu non plus, aucun des prophètes et des saints ne le fut. En revanche, les apostats, de l’empereur Julien à Robespierre, firent brûler les ossements des saints pour extirper la vie biblique.

L’anthropologie

Loin du nihilisme (il n’a rien que la vie corporelle et rien après elle), ou du dualisme (l’âme est immortelle, le corps méprisable), la foi biblique confesse que Dieu a donné au corps toute sa valeur en l’appelant au Salut. Le corps n’est pas pour la mort ; il est pour la vie. L’âme n’est pas dans le corps comme dans un réceptacle impersonnel ou une prison : elle habite celui-ci ; d’une certaine façon elle l’est. Et l’esprit, cette insufflation initiale qui fait vivre l’âme, même s’il est rendu à Dieu au moment de l’expiration, n’a pas traversé le corps et l’âme de telle personne sans les vivifier et les informer. Quant à l’Esprit en Personne, Il a sanctifié tout le composé humain. Si nous vénérons le corps et les ossements des saints, c’est bien parce qu’ils sont déifiés par l’Incarnation du Verbe, sanctifiés par l’onction de l’Esprit et nourris par le corps et le sang de Dieu.


Il n’y a pas d’office orthodoxe pour l’incinération, il n’y en a que pour les obsèques !

Publié le jeudi 11 octobre 2012 14 :  Écrit par Père Razvan Andrei Ionescu

Avec la douleur de celui qui s’est souvent heurté à la demande d’anéantir les défunts, j’attire l’attention sur l’incompatibilité de la pratique d’incinération avec la vie chrétienne.
Les arguments mercantiles (l’envoi moins cher du corps dans le pays par l’incinération, etc.) ne peuvent pas valider le fait de détruire par le feu ce que nous sommes et ce que l’on a nourri avec les Sacrements pendant toute la vie, et ce que, chez les saints, devient des reliques saintes : notre propre corps. Cette conception de brûler celui qui nous est cher est même épouvantable, d’autant plus que le Sauveur a fait la merveille de la résurrection de quelques personnes mortes depuis quelques jours ; que ce moyen de séparation du corps de l’âme doit être violent, par la destruction du corps !

Voici dessous la décision du Saint Synode de BOR concernant le rejet de la pratique de l’incinération des défunts :

La décision no. 4529 du 5 juillet 2012 du Saint Synode de l’Eglise Orthodoxe Roumaine au sujet de la pratique non-chrétienne de l’incinération des défunts.
Il ressort des témoignages scripturaires, patristiques, historiques et archéologiques que l’Église a pratiqué, depuis le début jusqu’aujourd’hui, l’inhumation (l’enterrement). Celle-ci correspond à l’enseignement de l’Église au sujet du corps et de la dette que l’on a envers lui, le corps devant être rendu à la terre d’où il a été tiré.

L’Église orthodoxe roumaine a eu et a une attitude claire et ferme, exprimée à l’égard de ceux qui ont été déjà incinérés ou seront incinérés, confirmée par la décision synodale de 1928 et reconfirmée par celle de 1933, décisions sur lesquelles on n’est jamais revenu une seule fois, car elles expriment le point de vue officiel de notre Église, le devoir des membres du clergé de l’Église orthodoxe roumaine étant de les respecter, tandis que d’un point de vue pastoral, ils sont astreints à préciser aux fidèles et doivent les inciter à respecter la tradition bimillénaire de l’inhumation des chrétiens. Abusant de l’absence d’un renseignement correct des fidèles qui acceptent facilement et sans discernement la pratique de l’incinération des morts, tolérée par certaines églises chrétiennes d’Occident et d’Amérique, certains prêtres destitués ou déposés, par appât du gain et en totale séparation de l’Église, célèbrent des offices de funérailles aux défunts dans l’enceinte même du crématorium.
Il y a également des situations dans lesquelles l’incinération a été effectuée hors de la volonté ou contre le souhait du défunt, pour des motifs objectifs (financiers ou légaux, les lois spécifiques des États dans lesquels l’incinération est obligatoire). Dans de telles situations, l’évêque est le seul habilité à accorder ou non une dispense, dans le cadre de l’économie ecclésiastique, après avoir étudié de manière détaillée chaque cas en particulier, en précisant  que, pour tels cas, on ne célébra que l’office du Trisagion avec commémoration individuelle dans le dépôt des urnes funéraires.


Le conseil permanent diocésain de l’Archevêché de Bucarest, dans sa session du 20 mars 2012, a décidé d’élaborer une circulaire relative à la pratique non chrétienne d’incinérer les morts, dans laquelle est mentionné le devoir pour chaque membre du clergé de se conformer aux décisions du Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine des années 1928 et 1933, ayant l’obligation de faire respecter avec sainteté par les fidèles la pratique orthodoxe de l’inhumation (de l’enterrement) de ceux qui se sont endormis dans le Seigneur et de ne pas accepter l’incinération (le brûlement du défunt).

En considérant que tous les diocèses partagent le problème de l’incinération des morts et que la mesure adoptée par le Conseil permanent diocésain de l’Archevêché de Bucarest doit être élargie par la décision du Saint Synode au niveau de tous les centres diocésains, en conformité avec les prévoyances de l’article 14, alinéa 1, lit. a) du Statut d’organisation et de fonctionnement de l’Eglise Orthodoxe Roumaine, selon lesquelles "Le Saint Synode garde l’unité dogmatique, liturgique et canonique, statutaire et réglementaire dans l’Eglise Orthodoxe Roumaine, et aussi la communion avec l'entière Eglise Orthodoxe"; A la suite des discussions de la Commission pastorale, monacale et sociale, et d’un vote unanime, le Synode a décidé de:

1.   Maintenir en vigueur la décision du Saint-Synode du 15 juin 1928, reconfirmée par la décision de celui-ci en date du 20 février 1933 :
a. Les prêtres préviendront à temps les paroissiens, en attirant leur attention sur le fait que, dans le cas où certains d’entre eux voudraient être incinérés, l’Église leur refusera toute assistance religieuse, que ce soit les funérailles, que ce soit l’office de requiem après celles-ci.
b. Avant la célébration de l’office de l’inhumation (de l’enterrement) d’un chrétien, le prêtre officiant devra s’informer auprès de la famille du défunt, du lieu du cimetière où sera enterré celui-ci.
c. A tous ceux qui ont été incinérés ou qui seront incinérés de leur propre volonté, tout service religieux sera refusé, à la fois les funérailles et les offices de requiem qui les suivent.

2. Dans le cas où l’incinération a été accomplie hors de la volonté ou contre le souhait du défunt, pour des motifs objectifs (financiers ou légaux, les lois spécifiques des États dans lesquels l’incinération est obligatoire), l’évêque est le seul habilité à accorder ou non une dispense, dans le cadre de l’économie ecclésiastique, après avoir étudié de manière détaillée chaque cas en particulier, en précisant que l’on ne célébra que l’office du Trisagion avec commémoration individuelle dans le dépôt des urnes funéraires.

3. Les prêtres qui s’écarteront de la décision du Saint-Synode de l’Eglise orthodoxe roumaine concernant la pratique de l’incinération des morts seront interdits d’exercer le ministère sacerdotal et envoyés en justice du Consistoire diocésain, en vue de sanctions.

4. Dans le cas d’ex-prêtres, déposés de leur rang sacerdotal, qui accomplissent un office de funérailles dans l’enceinte-même d’un crématorium, leurs excellences les évêques saisiront les autorités compétentes pour leur interdire l’accès aux crématoriums et aux cimetières et pour leur appliquer des sanctions pénales, en raison de l’utilisation de fausses qualités (de clerc de l’Église Orthodoxe Roumaine) pour obtenir un gain matériel injuste, préjudiciable pour la famille endeuillée (art. 215 alinéa 2 du code pénal, relatif au délit d’escroquerie).

5. Leurs excellences les évêques adopteront les mesures convenues pour informer le clergé de chaque diocèse du contenu de la présente décision et de son caractère obligatoire sur le territoire de l’Eglise orthodoxe roumaine.

6. Les centres diocésains prendront les mesures nécessaires relatives au devoir pastoral et missionnaire de catéchiser les fidèles en ce qui concerne l’enseignement de la foi orthodoxe sur l’inhumation (l’enterrement) et le rejet de la pratique de l’incinération et accorderont également de la considération à la pastorale individuelle des personnes endeuillées.

7. Les centres diocésains prendront les mesures liées au devoir du clergé de promouvoir, par la force de l’exemple y compris, le fait d’aider les familles endeuillées, afin que le manque d'argent ne soit pas une raison d’incinérer les morts, en considérant que l'inhumation serait trop dispendieuse.
La présente décision s’est fait communiquer à tous les diocèses, en vue de l’adoption des mesures nécessaires pour respecter et accomplir ce que l’on a établi.


dimanche 12 novembre 2017

LA TRADITION DU JEÛNE ET DE L’ABSTINENCE PENDANT
LE CARÊME DE NOËL OU AVENT

Le carême de la Nativité, appelé également « carême de Noël », « carême de saint Martin » (à cause de la fête de saint Martin le 11 novembre) ou « carême de saint Philippe » (à cause de la fête du saint apôtre Philippe le 14 novembre), est un temps de préparation physique et spirituelle pour accueillir le Verbe incarné. Il appartient à la tradition ancienne de l’Eglise universelle. Il dure quarante jours et a toujours une date fixe : du 15 novembre ou 25 décembre. On commence le soir du 14 novembre, mais si ce jour est un mercredi ou un vendredi on commence le 13 au soir.

C’est un carême plus léger que les autres. Nous nous abstenons de viande, d’œufs et de fromage. Le lundi, le mercredi et le vendredi on s’abstient de vin et d’huile. Mardi et jeudi on prend du vin et de l’huile ; le samedi et le dimanche on prend du poisson, de l’huile et du vin. Le poisson est consommé seulement jusqu’à la fête de saint Nicolas (6 décembre) inclus.

La veille de Noël on mange seulement le soir des céréales, des fruits et des légumes. Le jour de Noël, quel qu’il soit, on rompt tout jeûne et toute abstinence.

Le 21 novembre, mémoire de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple, on mange du poisson. Il en est de même les lundis, mercredis et vendredis, s’il y a une fête.
Pendant le carême de Noël, on ne célèbre pas de mariage.

Pendant cette période, nous pouvons lire davantage la Parole de Dieu. Nous pouvons prier davantage. Nous pouvons nous confesser plus souvent. Nous pouvons nous exercer à être miséricordieux avec notre entourage humain et avec toutes les créatures. Nous nous préparons ainsi au grand mystère de Noël : Dieu devenu un être humain parmi d’autres, assumant tout ce qui est humain, et habitant parmi les humains pour changer son monde de l’intérieur et le sauver.

Source: Conseil-spirituel en ligne


lundi 6 novembre 2017

Suite à l'évangile de ce dimanche, nous mettons en lien avec l'autorisation du Hiéromoine Nicodem ce texte:

PAROLE SUR LA MORT

Nous vous proposons actuellement le fameux traité sur la mort de saint Ignace Briantchaninov Evêque du Caucase et de la Mer Noire, écrit au milieu du 19ème siècle.
Ce fameux traité est précieux puisqu'il expose d'une façon méthodique et selon les témoignages des saints pères de l'Eglise orthodoxe, ainsi que de la tradition liturgique, les enseignements relatifs à la double nature de l'homme, à la séparation de cette double nature par la mort, à l'état de l'âme après la mort et ce qui pourrait lui advenir comme bonheur ou malheur, suite à ce qu'elle aurait choisi comme principe de vie durant son séjour terrestre.

Ce texte est proposé aux chrétiens orthodoxes qui fréquentent régulièrement les offices de l'Eglise ainsi que les sacrements, qui ont une vie de prière intérieure et qui ont un père spirituel chez qui ils se confessent régulièrement. Pour les autres, nous craignons qu'il provoquera chez eux des réactions négatives et pourraient être peturbés dans leur psyché.

Nous publierons successivement les neuf chapitres de ce traité et nous avertissons les lecteurs qu'il pourrait-y avoir des passages difficiles qui, probablement, vont heurter la sensibilité de notre entendement humain. Prière de garder à la mémoire la pensée que Christ est venu sauver ceux qui espèrent en Lui, que la vie a jailli du tombeau et le Seigneur nous l'a accordée par le Saint baptême et les sacrements de l'Eglise.
A noter cependant, que ce que l'on appelle "Les visions de Theodora", sur les épreuves que son âme a subies à sa sortie du corps, (les douanes), ont été critiquées par plusieurs théologiens contemporains, du fait que les sources utilisées, on sait maintenant que leur origine est douteuse et nous prions les lecteurs de relativiser leur portée.

Nous notons aussi que Saint Ignace dans sa façon d'écrire et son style direct, prononce des jugements radicaux sur différents états et sujets. Là aussi il convient de relativiser puisque ce style était bien répandu en Russie au 19ème siècle.

Ceci dit, ce traité reste unique pour parler de la mort d'une façon méthodique et exhaustive. On peut en tirer beaucoup de leçons pour nous préparer à ce moment fatidique de notre vie, puisqu'il est enrichi de l'expérience des saints et des citations bibliques.

Que par les prières de Saint Ignace Dieu nous fasse miséricorde. Amen

« Que tu te souviennes tous les jours de ta vie, du jour où tu sortis du pays d'Egypte »
(Dt. 16, 3)


http://spiritualite-orthodoxe.blogspot.fr/2012/01/parole-sur-la-mort.html

mardi 24 octobre 2017

Une précision et pas des moindre sur notre Foi et sur notre filiation.
Pour ceux qui écoutent la langue de Shakespeare, rendez-vous sur le site Orthodoxologie.
+++
Père Emmanuel Hatzidakis : Enseigner la Parole de Vérité, est-ce trop demander à un patriarche?

"NOUS SOMMES TOUS FRÈRES ET SŒURS" Le sommes-nous vraiment? D'abord à Jérusalem (27 mai 2014) et plus récemment à Rome (8 juin 2014), le patriarche Bartholomée martèle le message de la fraternité universelle avec des services de prière intra-chrétiens et offices interconfessionnels (interdits selon les canons de l'Église orthodoxe) ) et avec des déclarations et des affirmations à cet effet.

Le 2 novembre 2009, dans une interview donnée par le patriarche Bartholomée à Charlie Rose (voir la vidéo ci-dessus/ en anglais), il avait déclaré: "Nous sommes tous créés par Dieu et nous sommes tous frères et sœurs. Nous avons le même Père céleste, quelle que soit la façon de Le nommer. "Charlie interrompit le Patriarche:" Toutes les religions ont-elles le même Père céleste?" "Bien sûr", a répondu le Patriarche, ajoutant: "Dieu n'est qu'un, indépendamment du nom nous Lui donnons, Allah ou Yahweh, et ainsi de suite. Dieu est un et nous sommes Ses enfants."

Bien que les deux affirmations (tout le monde croit au même Dieu, et nous sommes tous Ses enfants) semblent être des vérités autoproclamées, pour nous chrétiens orthodoxes (et pour moi, selon ma foi), elles sont erronées, scandaleuses et totalement inacceptables.

Si le Patriarche a raison, quelle signification ont les mots: "Avant moi il n'a point été formé de Dieu, Et après moi il n'y en aura point. C'est moi, moi qui suis l'Eternel, Et hors moi il n'y a point de sauveur.…"(Isaïe 43, 10b-11). A quoi pense-t-il quand il récite les paroles suivantes de la Divine Liturgie (notre office principal): "Tu es notre Dieu, à part Toi nous ne connaissons aucun autre Dieu" et dans la bénédiction finale du même office " Que le Christ notre vrai Dieu... nous sauve... ?"

Non. Il ne s'agit pas d'un nom (Dieu, Allah, Jéhovah, Bouddha, Être Suprême, le Pouvoir), de sorte que peu importe comment nous l'appelons, aussi longtemps que nous l'invoquons. Certainement pas! Notre Dieu est le Christ: "C'est le vrai Dieu et la vie éternelle. Petits enfants, gardez-vous des idoles "(1 Jean 5: 20-21). En dehors du Christ, tout autre "dieu" est une idole.

En tant qu'enfants de Dieu, nous tous, nous sommes clairement la création de Dieu, mais pas Sa progéniture. Notre Père céleste n'a qu'un seul enfant: Jésus-Christ. Cependant, nous avons tous la possibilité de devenir Ses enfants (par l'adoption): "A tous ceux qui L'ont reçu, qui ont cru en Son nom, Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu" (Jean 1:12). Par conséquent, à moins d'appartenir à la famille du Christ (Hébreux 3: 6), l'Église, nous ne sommes pas Ses enfants.

Dans l'Église primitive, la Prière du Seigneur n'était révélée aux catéchumènes qu'au moment de leur baptême, car aucun baptisé ne pouvait prétendre dire "Notre Père Qui es aux cieux", n'ayant pas encore reçu le don de l'adoption. La prière du Seigneur est introduite dans la Divine Liturgie par les mots  suivants: "et rends nous dignes, Maître, avec audace et sans crainte de condamnation, d'oser T'appeler Père, Toi le Dieu céleste, Père, et dire: 'Notre Père ...'" Seuls ceux qui ont été unis au Christ, le Fils unique de Dieu, peuvent appeler Dieu "Père."

Désolé, votre Toute Sainteté: c'est là la foi du peuple chrétien orthodoxe, et on s'attendrait à ce que notre patriarche soit un dirigeant "qui enseigne à juste titre la parole de vérité" (2 Tim 2:15), pas un dirigeant qui la trahisse.

Version française Claude Lopez-Ginisty d'après OVER THE ROOF TOP


vendredi 29 septembre 2017


L'honneur rendu à l'image va à son prototype et celui qui vénère l'icône vénère la personne qui y est représentée.

 (Concile de Nicée, 787)